Des nœuds dans mon fil

jeudi 30 octobre 2014

Décoration étonnante

Samedi, il y a quinze jours, ce n'était pas encore l'hiver. C'était même le printemps. Nous avons passé l'après-midi en famille dans le jardin pour passer la tondeuse une dernière fois, couper des branches, et... décider de supprimer une plate-bande installée par les précédents locataires. J'ai trop peu de temps pour m'occuper d'un jardin, et je me simplifie la vie à l'extrême.
 
Monsieur Alphonse, bien d'accord avec moi, a empoigné sa bêche, a sorti les plants, les a planté dans la deuxième plate-bande réduite, et a ratissé la terre de la première.
 
Ambroise, contemplant le résultat, a mis la main finale à une décoration digne de la Toussaint :
 


 
 
 Le propriétaire qui passait par là a demandé à Anatole si nous venions d'enterrer notre chat !!!
 
 

mardi 28 octobre 2014

Solution au mal de mer

Ceux qui souffrent du mal de mer sont malheureux, et recherchent avec assiduité des solutions à leur mal. On peut ne plus monter dans un bateau, trouver des médicaments plus ou moins efficaces, ou alors opter pour la solution suivante :
 
 
On vit sur le bateau, on vit dans un port, mais on ne vit pas sur l'eau !

mercredi 22 octobre 2014

Organisation familiale

Les vacances sont bien là,... et je suis étudiante... une étudiante sans vacances. Depuis le mois de septembre, je me demande comment je vais pouvoir organiser les journées pour que les choses se passent au mieux. Et j'ai eu tort de m'inquiéter.
 
Lundi matin, j'ai emmené avec moi Ambroise, pour rendre vrai le principe selon lequel moins on est de fous, moins on rigole. La matinée s'est très bien déroulée pour tout le monde. L'après-midi, Monsieur Alphonse devait rentrer assez tôt, et je devais partir assez tard.
 
Mardi, c'était ma grosse journée : 6 heures de cours. J'ai envoyé Ambroise et Antoinette à Genève pour voir l'exposition sur le Titanic. C'était une bonne circonstance : lorsque je lui ai tendu le porte-monnaie, elle s'est écriée : "Tout ça ?" Et c'est ainsi que les enfants apprennent le coût de la vie : train pour deux + deux entrées = beaucoup. Partis vers 9 heures, ils sont rentrés -heureux- vers 17 heures !

Pendant ce temps, Anatole et Augustin ont passé la matinée à jouer et à préparer la pizza du déjeuner (avec pâte à pain et coulis faits maison, bien entendu). Ils ont été bien occupés, et j'ai été ravie de rentrer pour mettre les pieds sous la table. L'après-midi, ils ont passé deux heures à la piscine, et nous sommes rentrés en même temps.

Pour le reste, c'est facile : j'avais deux heures de cours de 8 à 10 ce matin. J'avais bien entendu mis mon portable sur silencieux, et j'ai sursauté lorsqu'il a sonné (à ce sujet, ce sont les enfants qui se sont occupés de la sonnerie : ils chantent en chœur la musique du "Grand restaurant" avec Louis de Funès). Ca en a fait rire plus d'un mais nous avons un professeur que rien ne peut perturber. Il a été bien étonné lorsque je me suis excusée à la fin du cours. J'ai immédiatement appelé pour connaître le drame qui devait être survenu : c'était Ambroise qui ne voulait pas prêter son train électrique à Augustin.

Demain après-midi, deux heures de cours. Cette fois je vérifierai à deux fois que mon portable est bien éteint !

jeudi 16 octobre 2014

Thun/Thoune

Après avoir donné un avant-goût de la ville de Thun (Clic, reclic), je vous propose une déambulation à travers la ville... Elle est magnifique. Malheureusement, le temps n'a pas permis de prendre en photo les montagnes derrière le lac. Ce sera pour une prochaine visite...
 














 

mardi 14 octobre 2014

La bouche d'égout... dans un escalier

Je ne sais pas si vous vous êtes jamais demandé comment installer une bouche d'égout dans un escalier. Personnellement, mon cerveau ne m'a jamais amenée à de telles réflexions.
 
Par contre, je jour où j'ai vu une bouche d'égout dans un escalier, je me suis approchée pour voir comment la chose était possible. Anatole, gentiment a bien voulu pallier à la défectuosité de mon appareil photo qui me réclamait des piles, et a saisi sur le vif le couvercle de ladite bouche.
 
La photo a été prise à Thun (Thoune), au centre ville, en descendant du château.
 

 
 
PS : Je suis très fière de participer, à l'aide de ces deux photos, à augmenter l'étendue de votre culture générale.
 
 
 


dimanche 12 octobre 2014

Aquabike

A Thun/Thoune, on pratique l'aquabike dans l'Aar (cours d'eau qui traverse la ville) :
 



 

vendredi 10 octobre 2014

Sortie de classe

S'il y a bien une chose à laquelle je ne pensais pas en m'inscrivant à l'Université, c'est à la "sortie de classe". Et pourtant, c'est ce qui a été organisé aujourd'hui par un professeur.
 
Rendez-vous à 10 heures 15. Nous étions 12 étudiants, de tous les âges, de presque tous les continents, et venant d'horizons tellement différents, ce qui a été une richesse fantastique. Chacun s'est présenté. Nous savions déjà un peu qui nous côtoyions depuis mi-septembre, mais cette fois nous avons été plus prolixes : nous étions en confiance, et nous avons pu partager un peu plus de ce qui faisait notre vie.
 
Je leur ai confié que j'avais 15 ans pour ce qui était de l'enthousiasme, et 17 pour mon côté révolutionnaire. Il y a bien des côtés où j'ai du mal à passer le cap de l'adolescence...
 
Le déjeuner a été bien sympathique, très amusant aussi, d'autant que j'étais assise en face d'une femme d'un dynamisme étonnant.
 
Ensuite, nous avons couru pour ne pas rater le bus qui devait nous amener vers le centre ville où un rendez-vous avec une guide avait été organisé. La visite de la ville a été brève du fait du peu de temps dont nous disposions, mais riche d'un enseignement concis et passionnant.
 


 
Nous sommes descendus jusqu'en basse ville pour remonter de l'autre côté. Le retour s'est fait en voiture (je l'avais déposée la matin en prévision), nous étions douze étudiants heureux d'avoir partagé une si belle journée ensemble...
 
 
NB : Les photos datent de l'hiver dernier. Entre-temps le nouveau pont est terminé, il sera inauguré demain.
 

mercredi 8 octobre 2014

Brèves de catéchisme

- Qui peut me dire ce qu'est la Toussaint ?
 
- Je sais, je sais, je sais... c'est un canton de la Suisse où on parle italien.
(Tessin)

 

jeudi 2 octobre 2014

L'heure, c'est l'heure

Dès son premier cours, un de nos professeurs nous a rappelé fermement : "Ici, vous êtes en Suisse, et il vous faudra vous inculturer. C'est un français qui vous parle. En France, on dit que l'exactitude est le privilège des rois. Ici, c'est le privilège de tout le monde. Donc, à partir de la semaine prochaine, je n'accepterai plus aucun retard. Celui qui sera en retard attendra l'inter-cours pour entrer dans la salle."
 
Etrangement, il n'y a plus eu de retard au cours suivant !
 
Ici, les cours durent 45 minutes. Exactement. Cela veut dire que les étudiants sont en place 5 minutes avant le début du cours (sauf les retardataires), qu'ils ont ouvert leur ordinateur, ou préparé leurs feuilles et leur stylo. Le prof de son côté a posé son cours sur son pupitre et relit ses notes. Il commence dès que sonne le quart à l'église du quartier. Il s'arrête à l'heure pile pour 1/4 d'heure de pause.
 
Ce rythme m'a étonnée, emballée, et je m'y suis habituée sans aucune difficulté. On profite pleinement du cours, la longue pause détend largement et permet de reprendre sans fatigue la suite du programme. Je suis devenue une inconditionnelle, que dis-je, une adepte de la durée de cours de 45 minutes !