Des nœuds dans mon fil

samedi 30 juillet 2016

Ca se mérite !

Ce qui est bien, quand on s'entend bien avec sa voisine, c'est qu'elle partage ses bons plans pour faire un bon souper dans un lieu typique. C'est ainsi que nous avons suivi ses conseils, que nous avons réservé des places pour manger dans une cabane d'alpage. "Après la scierie, vous vous garerez sur le petit parking à gauche et vous terminerez à pieds, environ 10 minutes de grimpette". Il nous en a fallu 20, le paysage était si beau que je me suis arrêtée pour prendre des photos, trop souvent aux dires d'Augustin, enfant unique d'une semaine.
 
Vous aurez successivement les vues du chemin en forêt, de la ville de Gruyère avec son château, des pré-Alpes, de la cabane, de l'étable de la cabane, et de la poêlée de macaronis d'alpage, recette toute simple : des macaronis aux oignons dans un bain de crème double.
 

























mardi 26 juillet 2016

Le passeport périmé (6)

Une jeune fille se fait enlever en douceur dans un aéroport. Elle se trouve dans un magnifique château. Tout y est étrange. Voir l'épisode 5 ICI.

Brusquement, Manfred fut à mes côtés. Par où était-il venu, et comment se déplaçait-il ainsi en silence, je ne le compris pas. Il me guida jusqu’à l’escalier, me précéda dans le hall et m’ouvrit la porte. Sur la longue table une nappe avait été déployée, des candélabres et un seul couvert, sur un des côtés. Il me fit asseoir et quitta la pièce. Je devrai donc manger seule. Je détestais manger seule. Si au moins j’avais été avertie, j’aurais emporté un livre.

Manfred revient aussitôt avec un plateau qu’il posa sur une desserte. Il me servit et posa l’assiette devant moi sans un mot. Je me tournai : il était immobile, tout près de la porte. Je mangeai en silence. C’était un plat froid, délicieux. Je refusai le dessert et fis mine de me lever. Il m’ouvrit la porte, et je sortis, seule dans le hall. Seul l’escalier était éclairé, il était clair qu’il me fallait monter et suivre les lampes qui devaient me guider vers ma chambre. Je m’affalai sur le lit et m’endormis immédiatement.

Ce sont les oiseaux qui me réveillèrent un peu après huit heures. Je choisis des vêtements et des chaussures confortables, espérant pouvoir m’échapper de cette prison. Cette fois pas de Manfred. Je descendis seule, pénétrai dans la salle à manger, mais rien n’avait été prévu pour le petit déjeuner. Je passai dans le salon et vis la porte-fenêtre grande ouverte sur une terrasse surplombant le parc. Il faisait beau. J’avisai une petite table qui m’invitait à y déjeuner. Lorsque j’eus terminé, l’homme aux cheveux gris grimpait les marches de la terrasse.

- Bonjour, avez-vous bien dormi ?

- Assez ri. Où suis-je ? Pourquoi m’avez-vous enlevée ? Je vous préviens, personne ne payera jamais de caution pour moi, ma famille sera trop contente de me voir disparaître.

- Vous êtes drôle. Qui parle de kidnapping ? Vous êtes libre d’aller et venir comme bon vous semble. Simplement, vous avez été amenée ici pour trouver un trésor. Libre à vous de rester ou de vous en aller. Que décidez-vous ?

Bien entendu, l’idée du trésor me semblait alléchante. Par ailleurs ma vie n’avait pas été mise en danger, tout me semblait calme et agréable. J’acceptai donc. Lorsque je levai la tête pour donner ma réponse, l’homme avait disparu. Je commençai à m’habituer à ces apparitions, disparitions. Je me levai et décidai de faire le tour du parc. Il était immense, fort bien entretenu, avec une partie de jardin à la française, un verger, et même un étang comportant une île en son centre.

Je rebroussai chemin vers le château. L’édifice était vraiment immense, la visite allait me prendre deux jours pour le moins. C’était un défi, il serait intéressant d’essayer de trouver le trésor dont j’avais été avertie. Jusqu’au soir, je passai de chambre en chambre, ouvrai les armoires, fouillai les tables de nuit, auscultai les murs… mais sans succès. Aux heures de repas, la table de la terrasse était dressée pour moi, avec un délicieux repas. Parfois Manfred me servait, souvent je ne le voyais même pas. En fait, je ne m’en souciai plus.

Le deuxième jour, je me consacrai à la visite des étages supérieurs et des combles. Le troisième jour fut réservé au sous-sol. Là régnait une magnifique cuisine. Manifestement mes repas devaient y être préparés, parce que le réfrigérateur regorgeait de victuailles, mais je ne m’y attardai pas. Le reste du sous-sol consistait en des caves successives, la plupart du temps vides.

Le quatrième jour, je fouillai le rez-de-chaussée. Je terminai par la bibliothèque où je cherchai en vain un livre sur le château qui m’aurait mise sur la voie du trésor. N’ayant rien trouvé, je pris plusieurs livres tout à fait intéressants, et me mis à lire.

A partir du quatrième jour, on ne me vit plus sans un livre sous le bras. Je lisais du matin au soir, y compris dans la barque sur l’étang, ou pendant les repas. Je coulai des jours tranquilles, seule dans un silence royal que seuls les oiseaux osaient briser par leurs chants.
 
Amis lecteurs, vous avez lu l'avant-dernier épisode de cette histoire palpitante. Je n'ouvre plus de sondage, restant seul maître du destin de la demoiselle. Bientôt vous saurez tout sur cette jeune fille et l'histoire étrange qu'elle est en train de vivre.
 
 

vendredi 22 juillet 2016

Collection ?

- Maman, me dit Ambroise, tu comptes garder longtemps encore ta voiture ?
- Oh, tu sais, tant qu'elle roule, elle est parfaite pour les petits trajets.
- Enfin, elle est vieille.
- Oui, mais dès qu'elle aura 25 ans, elle sera une voiture de collection.
- Quoi ? Une Nissan Micra, une voiture de collection ?
- Oui, si elle a 25 ans, elle entre dans la catégorie de voiture de collection.
- Mais pas une voiture ROSE quand même !
 
 

mardi 19 juillet 2016

Drôle de vendeuse

- Et si nous nous arrêtions chez ce brocanteur ? Je n'y suis jamais allée.
 
C'est la question que j'ai posée à Antoinette hier lorsque nous sommes passées devant une ancienne usine désaffectée reconvertie en brocante. Il fallait sonner, ce que nous avons fait. Au bout de quelques minutes, une femme, la quarantaine et la moue de celle qu'on dérange est venue nous ouvrir la porte. Je savais dès lors que je n'achèterai rien, mais que je regarderai tout en prenant mon temps.
 
D'emblée, nous avons vu, de l'entrée, une succession de pièces se déroulant jusqu'à l'extrémité du long bâtiment. Des moules à kougelhof. Machinalement, j'ai regardé le prix : 28 Euros pour un modèle moyen. J'ai eu un choc, les moules neufs de cette taille ne dépassent pas 20 Euros (et celui-ci n'était même pas ancien). J'ai ensuite consulté les prix, par-ci, par-là pour me faire une idée. C'était dithyrambique. Deux Euros pour un emporte-pièce rouillé (le même chez Emmaüs aurait coûté 10 centimes). Arrivées au fond du magasin, j'ai avisé Antoinette : "Tu as vu les prix, je pense que cette dame est malade et qu'elle ne veut rien vendre. Elle a fixé des prix démesurés pour freiner toute velléité d'achat aux éventuels acheteurs".
 
En partant, nous avons salué la vendeuse qui nous a largement souri. "Tu vois, me dit Antoinette, tu avais raison. A présent elle est heureuse de nous voir partir sans avoir rien acheté".
 
Drôle de vendeuse...
 
 

dimanche 17 juillet 2016

Le passeport périmé (5)


Une jeune fille se fait enlever en douceur dans un aéroport. Elle se trouve dans un magnifique château. Tout y est étrange. Voir l'épisode 4 ICI.
 
« Enfin, vous vous êtes fait attendre, mais vous voilà parmi nous. » Je me retournai et me trouvai face à un homme, grand, élégant, aux cheveux poivre et sel. Il devait avoir une cinquantaine d’années. Je regardai l’homme avec stupeur et tentai de prendre un air digne. Je me reculai de deux pas, posai mes escarpins sur le carrelage et les enfilai. Je senti des cailloux qui pénétraient ma plante de pieds, mais je ne me sentis pas le courage des secouer mes chaussures. En me relevant, je levai la tête, et le fixai avec effronterie : « Je vous prie de bien vouloir m’excuser, mais nous n’avons pas été présentés.
- Cela ne m’étonne pas. Veuillez me suivre.
- Ah non, il n’en est pas question, je ne bougerai pas d’ici. En voilà assez.
- Je vais demander à Manfred de vous conduire à votre chambre, puis vous nous rejoindrez pour le dîner ». Il tourna les talons et disparut dans une des pièces. C’était incroyable, une fois encore je me trouvai stupide, ayant manqué l’occasion de m’exprimer. J’aurais dû m’agripper à lui, lui intimer l’ordre de me renseigner, chercher à … Et puis en voilà assez. Je me baissai, retirai mes chaussures, les secouai sur le paillasson et les enfilai à nouveau, puis marchai en direction de la pièce où était entré l’homme. J’ouvris la porte : personne. J’entrai, c’était une salle à manger. La vaste table devait permettre à trente convives de se réunir autour d’elle. Je vis une autre porte, l’ouvris, et c’est ainsi que je fis le tour de tout le hall en passant dans les pièces en enfilade : après la salle à manger, le salon, puis un petit salon, puis une bibliothèque absolument somptueuse. Autour de la pièce courait une mezzanine. Deux escaliers en colimaçons permettaient d’y accéder. Mais je n’avais pas le temps de m’y arrêter. Je me retrouvai dans le hall. Où était donc passé cet homme ?

« Je vous en prie, c’est par ici, veuillez me suivre ». Manfred me précéda dans l’escalier magistral. Je le suivis. Nous gravîmes deux étages, arpentâmes un long couloir. Il ouvrit enfin une porte, me laissa passer, et dit « Le dîner sera servi à deux heures ». J’étais seule dans une immense pièce. Un lit à baldaquin sur la gauche, jamais je n’en vis un si grand. Des commodes, une magnifique armoire, de grandes fenêtres. Malheureusement il faisait nuit, je ne pouvais distinguer le parc. Je vis l’heure sur le réveil : une heure trente. J’avais donc une demi-heure pour me préparer. Je cherchai ma valise, je l’avais oubliée dans le hall. Malgré tous mes efforts, je ne pus ouvrir la porte : on m’avait enfermée. Le désespoir me prit à ce moment-là, et je réalisai pleinement que j’avais été enlevée et emportée dans un endroit tout à fait inconnu. Personne ne s’inquiéterait de moi avant trois semaines, puisque j’étais sensée être en vacances à l’autre bout du monde.

 
Je m’affalai sur le lit et me mit à réfléchir. Mais comme je n’arrivai à aucune conclusion, je songeai que si je devais être prisonnière, autant que ce soit dans un endroit luxueux plutôt que dans une cave humide. Je me mis donc à explorer ma chambre. L’armoire contenait des vêtements, tous à ma taille. Derrière une tenture, je trouvai un passage donnant sur une salle de bain. Je pensai que puisqu’on disait m’attendre pour dîner à deux heures du matin, et que de toute façon je n’avais pas sommeil, autant jouer le jeu de s’y préparer. Je me choisis une magnifique robe longue, pris une douche, me coiffai et maquillai. Il était près de deux heures. Machinalement, je me dirigeai vers la porte et l’ouvris, je me trouvai dans le long corridor.
 
A vous, lecteurs, de décider du destin de la demoiselle :
 
 

mardi 12 juillet 2016

Le passeport périmé (4)

Le passeport périmé : Troisième épisode ICI

Résumé : Une demoiselle est refoulée à l'aéroport. Alors qu'elle est seule dans le hall, deux jeunes filles  l'entrainent à travers les couloirs et l'emportent dans un avion de tourisme. Il atterrit dans un endroit inconnu, elle doit suivre les jeunes filles dans les champs.


J’étais encore loin lorsqu’une voiture s’arrêta devant elles dans un crissement de freins. Elles se retournèrent vers moi et crièrent : « Allez, vite, vite, il va être furieux ». Je me dépêchai, les chaussures contre moi, la valise toute crottée à la main, le sac à main glissant, les cheveux trempés. En arrivant, le chauffeur me débarrassa de la valise et la jeta dans le coffre. Les filles me poussèrent dans la voiture, et nous voilà repartis. Le chauffeur avait mis la radio en marche, le son hurlant de la musique empêchait toute conversation. Je commençais à en avoir assez. Je me mis à hurler pour me faire entendre. Les jeunes filles me regardèrent avec étonnement. L’une me dit « Mais que se passe-t-il ? ». Le chauffeur tourna brutalement à droite ce qui me rejeta contre ma voisine, accéléra dans un chemin bordé d’arbres, et s’arrêta dans un crissement de frein devant une belle demeure.

Les deux femmes bondirent hors de la voiture, grimpèrent les marches du perron et s’engouffrèrent dans la maison. Le chauffeur me posa ma valise à côté de moi, et repartit encore plus vite qu’il n’était venu.

Aujourd’hui, je me rends compte que les décisions que j’ai pu prendre m’étaient comme dictées par l’extérieur. De moi-même, jamais je n’aurais suivi des étrangères dans un aéroport, ni accepté de grimper dans l’avion, ni couru à travers champs, encore moins je ne serais montée dans la voiture, et dans tous les cas, je serais repartie vers la route quitte à marcher durant des kilomètres pour trouver une ville ou à tout le moins une bourgade. J’ai donc fait ce que je n’aurais pas fait : j’attrapai la poignée de la valise, montai à mon tour les marches et tirai le cordon de la cloche qui pendait à côté de la porte.

Un majordome ouvrit la porte. Un majordome… je retins un sourire, je n’en avais jamais vu de ma vie. « Mademoiselle est attendue, elle est priée d’entrer ». J’entrai, le serviteur ferma la porte, traversa le hall, pénétra dans une pièce dont il ferma également la porte. J’étais à nouveau seule, mais cette fois, je n’en étais pas mécontente. Je me sentais tellement décalée au milieu de cette magnificence. Sur la droite, un escalier monumental se terminait sur une galerie. Devant moi, une immense cheminée, et partout, des portes. Je sentis le froid du marbre sur mes pieds, je baissai les yeux : mes pieds plein de boue et mouillés faisaient une flaque sur le sol. Brutalement j’eus un choc : je me vis dans un grand miroir placé à côté de la porte d’entrée. J’avais piètre allure : mon chemisier et ma jupe étaient tâchés, je tenais mes escarpins boueux sur mon cœur, j’étais échevelée et maculée de boue. 
 

A vous, lecteur, de décider du destin de la demoiselle... Vous pouvez voter et/ou faire des propositions que j'ajouterai au questionnaire du sondage.

 

jeudi 7 juillet 2016

Le passeport périmé (3)

Le passeport périmé : Deuxième épisode ICI
Résumé : Une demoiselle est refoulée à l'aéroport sous le prétexte que son passeport serait périmé. Alors qu'elle est seule dans le hall, deux jeunes filles l'attrapent et l'entrainent à travers les couloirs et l'emportent dans un avion de tourisme.


J'étais installée sur la banquette arrière, une des jeunes filles était assise à côté du pilote, l'autre à côté de moi. J'essayai d'entrer en communication avec elle, mais elle n'écoutait pas, et de toute façon le bruit de l'avion couvrait mes questions. Je me retournai : derrière le dossier, on avait un accès direct à la soute. Il n'y avait que nos bagages. Pourtant, ce sac ? Se pourrait-il que ce soit un parachute ? Mais à quoi bon ? Je doutai qu'on me laisse déballer ce truc, et ensuite, je sauterais par où ? Et puis comment, je ne savais pas me servir d'un parachute.
Lorsque je me réveillai, nous étions en phase d’atterrissage. Il faisait nuit. Je ne pus tirer aucun indice de l’endroit où je me trouvai. J'aurais tout aussi bien pu me trouver en Sibérie que sous les tropiques. Combien de temps avais-je pu dormir ? Aucune idée, mais aussi pourquoi avais-je cette manie de vivre sans montre ? Un si petit avion ne devait pas avoir une autonomie très importante, je ne pouvais avoir atterri si loin.

L’avions s’arrêta bien avant les bâtiments de l'aérogare. Ils n’étaient pas illuminés. Il n’y aurait donc aucune aide à trouver de ce côté. Je me levai en même temps que les deux autres passagères, et je m’extirpai du cockpit. Je sautai au sol, le pilote me donna ma valise sans dire un mot et je suivis mes deux compagnes. Elles marchaient à travers champs. Bientôt, j’eus les pieds trempés et j’avançais difficilement avec mes escarpins à talons aiguilles. Les deux demoiselles ne s’occupaient pas de moi. J’eus peur qu’elles ne me laissent en plan, mais au moment où j’allai les héler, l’une d’elle se retourna :

- Mais dépêche-toi donc.

- Je ne peux pas avec ces chaussures.
- Alors enlève-les et marche pieds nus, nous n’avons que trop de retard.
 
Je m’arrêtai, retirai mes escarpins pleins de boue.
- Allez, vite, sinon il sera encore mécontent.
- ZUT !

Mais que faisais-je là, et pourquoi les suivais-je ? Je ne savais même pas qui elles étaient, ni où j’étais, et encore moins où nous allions. Pour moi qui aimais avoir une petite vie rangée, c’en était trop. J’allais au plus vite rejoindre les bâtiments de l’aéroport. Mais où étaient-ils ? Avec cette nuit sans lune, je ne distinguai plus rien. Bon. Je pris une décision : « je vais rattraper ces deux filles, leur expliquer qu’il y a une erreur, et elles m’aideront à rentrer chez moi. »
 
Je courus pour les rattraper, mais déjà elles escaladaient la clôture en passant leurs sacs.
- Vite, pourquoi traînes-tu ? Ne sais-tu pas qu’il faut faire vite ?
 
L’une prit ma valise et d’un geste ample la fit passer par-dessus la palissade. Elle suivit en prenant appui sur un bras et en balançant ses jambes sur le côté. Je fis de même après avoir lancé mes chaussures à côté de ma valise. Je me rétablis tant bien que mal, tombai sur les genoux et les mains, me redressai, ramassai ma valise et mes escarpins et couru derrière les filles. Elles n’avaient qu’un petit sac à dos chacune, et je devais traîner une valise. Les escarpins me glissaient des doigts, mon sac à main ne tenait pas sur mon épaule, je finis par serrer mes chaussures contre moi. Je devais avoir piètre allure, mais ne m’en souciais pas, si je n’accélérai pas, je serai abandonnée.
 
J’étais pleine de boue : les pieds, les genoux, les mains. A présent mon chemisier et mon sac à main. Une pluie fine se mit à tomber. Je posai ma valise, écartai mes cheveux de mon visage. J’avais oublié la terre sur mes mains. Tiens, les jeunes filles s’étaient arrêtées à leur tour, j’allais enfin pouvoir leur poser des questions, leur parler et leur expliquer qu’il y avait une erreur.
 

 

A vous, lecteur, de décider du destin de la demoiselle... et de faire vos propositions dans les commentaires.

 

lundi 4 juillet 2016

Le passeport périmé (2)

Le passeport périmé : Premier épisode ICI.

Résumé : Une demoiselle est refoulée à l'aéroport, sous le prétexte fallacieux que son passeport serait périmé. Le groupe part sans elle. D'un coup, deux jeunes filles l'attrapent et l'entrainent...

 
Nous passâmes par une petite porte, courûmes à travers des couloirs immenses, descendîmes des escaliers et en montâmes d’autres et nous arrêtâmes soudain devant une porte vitrée donnant sur la piste. Nous n’eûmes pas longtemps à attendre, j’eus juste le temps de reprendre haleine quand un homme s’arrêta, au volant d’une voiture. Il nous fit signe de monter. Nous lançâmes nos valises dans le coffre, et nous assîmes. Le véhicule bondit sur le tarmac et nous emporta vers un hangar. Entretemps, j’avais eu le temps de reprendre mes esprits : « Où allons-nous ? » La jeune fille assise à côté de moi se mit à rire, mais ne répondit pas. Avais-je dit quelque chose de drôle ? De toute façon, nous étions arrivés. On m’entraîna dans l’avion dont le moteur tournait déjà, pendant que l’homme se chargeait d’arrimer nos bagages dans la soute. L’avion s’engagea sur la piste. Il était inutile d’envisager une conversation, le moteur de l’appareil était bien trop bruyant.
 
Je le regardai faire demi-tour en bout de piste. J’ai toujours aimé les décollages. Cette sensation d’être suspendue dans l’air et porté par lui était sans cesse un nouveau bonheur. Nous montions vite. L’avion traversa les nuages et vola sous le soleil. J’étais éblouie. Je fermai les yeux. J’eus brusquement un éclair de lucidité : je venais de me faire enlever, mais pour quelle destination ? Rome ?

A vous, lecteur, de décider du destin de la demoiselle... Vous pouvez voter et noter vos idées dans les commentaires, je rajouterai des cases au questionnaire du sondage.

 

Un tableau, une histoire (16)





 
- Grand-papa, raconte-nous encore l'histoire de cet arbre, s'il te plait.
 
L'enfant insistait, la grand-mère souriait, et le grand-père, sous un petit air bougon, faisait mine de résister pour avoir le plaisir d'entendre l'enfant insister encore et encore. Ce petit jeu se renouvelait périodiquement à chaque vacances estivales. La famille se réunissait dans la cour ombragée pour le goûter. Grand-maman sortait la limonade qu'elle avait elle-même confectionnée, ajoutait le gâteau moelleux. Parfois il y avait des glaces. Et toujours, grand-papa devait raconter. Il le faisait si bien, tout le monde l'écoutait avec plaisir. Bien sûr, il fallait toujours un peu le prier, les petits-enfants le faisaient de bonne grâce, sûrs que l'histoire n'en serait que plus belle. Une fois par été, donc, il fallait que grand-papa "raconte l'Arbre" selon les termes consacrés. Il changeait parfois un élément, ce qui provoquait immédiatement des hurlements : "Non, grand-papa, la Vrai Histoire".
 
"Lorsque la maison a été construite par mon père, le jardin n'était qu'un grand champ. Il a fait planter des arbres, les érables de l'allée, le verger, il a créer un beau jardin pour que ma mère puisse avoir des bouquets de fleurs fraîches toute l'année. Il a bien entendu installé un potager. Et puis, après une année passée dans cette belle maison, il s'est aperçu que le soleil de l'été serait trop fort pour pouvoir s'installer à l'extérieur. La meilleure ombre étant celle des arbres, il a trouvé des semences de tilleul, les a simplement mises en terre. Le plus amusant est qu'une des graines a germé et est sortie de terre le jour où je suis venu au monde. Mon père a alors choisi ce plant pour l'installer là où vous voyez l'arbre.
 
Le plant a poussé, moi aussi. Nous avons grandi ensemble. Papa me mesurait à mon arbre. Bien sûr, l'arbre a gagné. Tous les jours j'allais l'embrasser, j'essayais de grimper sur lui. Vous pensez bien qu'un arbre si frêle ne supportait pas bien mes tentatives de gymnastique. Mon père avait beau lui mettre des tuteurs pour qu'il pousse droit, il ne comprenait pas pourquoi le tronc de ce tilleul prenait des tournures fantaisistes. Il ne m'a jamais vu imprimer des torsions au jeune tronc. Je voulais pouvoir installer une cabane sur le tronc, et j'imaginais que je pourrai l'incliner à angle droit ! Fou que j'étais...
 
Lorsque mon père a compris de quelle façon je malmenais mon arbre, il était trop tard pour le redresser. C'est la raison pour laquelle il a aujourd'hui cette jolie forme. C'est la raison aussi pour laquelle j'ai acheté ce banc et que je l'ai posé à cet endroit : je m'y assied pour lire. L'arbre me donne son ombre, et moi je lui lis les meilleurs passages de mes livres, ou alors je lui raconte les histoires que je prépare pour vous. S'il aime mes histoires, il incline doucement ses branches vers moi, et je sais que je peux vous la narrer. S'il ne l'aime pas, il se redresse avec un petit air dédaigneux, et je sais que vous non plus vous n'aimerez pas mon histoire.
 
- Et celle-ci, grand-papa, l'arbre l'aime-t-il ?
 
- Regarde comme il fait frémir ses feuilles. C'est celle qu'il préfère."