Des nœuds dans mon fil

jeudi 11 mai 2017

Oratorio capillorum sectorum* (pour l'agenda ironique de mai)



Ce magnifique oratorio a été composé pour trois femmes, Béatrix (soprano coloratur), Adriana (mezzo), les clientes et Fabiola (alto), la coiffeuse.

1. Allegro

Béatrix entre chez le coiffeur. Elle demande une jolie coupe de cheveux afin qu’elle soit prête pour un rendez-vous galant. Fabiola la félicite et entonne un aria « Il était une fois nous deux ». Béatrix se joint à elle, c’est un duo très gai, plein de grâce, de légèreté et de vivacité.

2. Andantino

Adriana, cliente qui attend son tour, murmure en sourdine « Il était une fois nous deux », elle dit son regret parce que personne ne l’attend. Dans un immense lamentato qui se déploie en un crescendo très lent, elle dit sa souffrance parce que son mari est mort en voulant rendre service, qu’à présent elle est seule, qu’elle ne compte plus pour personne et qu’elle a dû dire adieu aux belles promenades qu’ils faisaient ensemble dans « Le jardin du Luxembourg ».

Fabiola intervient dans ce triste chant pour raconter que son mari s’est pris la vie la veille de Noël, que depuis rien n’est comme avant et qu’elle vit mal sa nouvelle condition de veuve. Elle chante d’une voix presque rauque dans un doux crescendo. La mezzo vient la soutenir de toute sa souffrance, elle laisse passer une émotion indescriptible. La voix de soprano flotte ensuite sur les autres. D’une voix pure et souvent dissonante, elle fait ressortir la tristesse éperdue de la situation. Dans ce trio larmoyant, les trois femmes pleurent les souffrances des deux veuves.

3. Allegro

Ce mouvement débute doucement par la voix de soprano : Béatrix propose de donner son numéro de téléphone à Adriana et à Fabiola en leur enjoignant de l’appeler, le jour ou la nuit, au moment où leur chagrin se sera fait trop présent. Elle les assure qu’elle sera toujours disponible pour les écouter. « Ca va pas changer le monde », mais ça va vous faire du bien.

Fabiola remercie et propose à son tour à Adriana de l’accompagner dans ses promenades et d’aller « siffler sur la colline ». Adriana ne se sent plus de joie et se joint à l’action de grâce qui s’élève. Cette fantaisie se chante avec fougue et brio. Les trois voix sont brillantes et se terminent en une finale, une apothéose où triomphe l’amitié.


*Oratorio des cheveux coupés.


Texte écrit pour l'agenda ironique de mai. Il convenait d'écrire un texte musical avec, en toile de fond, "Quelqu'un m'a dit" de Carla Bruni. Cette chansonnette étant typique de celles qui passent dans les salons de coiffure, c'est tout naturellement dans un tel lieu que j'ai composé mon texte !
Merci à Joe Dassin pour ses titres de chansons.

16 commentaires:

  1. Un oratorio de salon de coiffure ! évidemment ! Raconté dans une langue admirable, titré en latin, et tressé de Joe dassineries. Pas la peine de couper les cheveux en quatre, je suis épaté ; maintenant, il ne te reste plus (obligé !) qu'à écrire vraiment le livret et à lancer les répétitions officielles. Le cd passera chez tous les coiffeurs, c'est sûr :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ecrire en baroque n'est pas donné à tout le monde...

      Supprimer
  2. Magnifico ! Très drôle, enlevée, percutante, cette aria qui se transforme en trio, quatuor pour finir en chœur ! Je me joins à la chorale illico presto et comme dit le Dodo, j'achète le CD et je vais de ce pas prendre rendez-vous pour une coupe et un balayage afin de peaufiner les mesures pour ne rater aucune entrée ! Bravissimo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour le CD, il faut cliquer en bas à droite !!!

      Supprimer
  3. Bellissimo, et sympathique. Moi-aussi, et de bon coeur, je me joindrai à ce chœur joedassinois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te ferai parvenir les partitions. Quelle est ta voix ?

      Supprimer
  4. Il aurait aimé le Joe. Et moi j'aime aussi ces veuves eplorées qui chantent leur amour perdu. Ce n'est pas tiré par les cheveux. C'est tragique et joyeux à la fois. 😊 Bises alpines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Figure-toi que c'est une histoire vraie. Elle m'a été contée la semaine dernière en des termes approchants. Il a suffit que je la mette en musique !

      Supprimer
  5. Voilà que tu sors des sentiers battus. Vraiment, j'ai vu toute la dimension tragique de la scène, si tristement réaliste, sublimée par ce chant amical et quotidien. C'est très, très émouvant, en fait. Bravo Alphonsine, et pour le fond, et pour la forme!

    RépondreSupprimer
  6. Je comprends maintenant ce que tu voulais dire ;)
    Bon. Je me colle au mien dans la journée, il est à l'état de brouillon papier (19ème siècle, toujours...)et je le publie dans la foulée...
    Ton texte évoque vraiment une pièce de musique, c'est très réussi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      J'attends ton texte avec impatience.
      Je suis très XIXème aussi, et tu le sais. Mais pour l'écriture, en général je compose dans ma tête, puis je mets le tout par écrit. Je modifie rarement mon texte une fois qu'il est écrit. Celui-ci fait exception...

      Supprimer
  7. Bravo Alphonsine ! Très original !

    J'imagine que tout cela se passe dans un salon nommé Capil'air ;-)...


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et en plus tu devines le nom du salon !!!

      Supprimer
  8. Ah, quelle inspiration ! Vive les salons de coiffure ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Merci ! Mais ce n'est pas un lieu que j'affectionne particulièrement !

    RépondreSupprimer

Blogger ne me permet pas d'accéder à vos adresses mail. Si vous souhaitez me contacter en privé, vous pouvez m'envoyer un mail en cliquant sur "Pour me contacter", en haut à droite de la page de mon blog.